Ceux qui se dirigent au nord de Magnimar le long de la côte rocheuse se retrouvent rapidement dans un pays particulier. Des rideaux de brouillard drapent un paysage vallonné, flottant au dessus des landes humides. On y trouve de petites régions boisées sentant l’ortie et la sève de pin tandis que l’intérieur des terres s’ouvre sur des vallées fluviales bordées par de grands séquoias majestueux protégeant les escarpements calcaires. Cette immensité et le sentiment d’isolement ont valu à la région son nom local. Il s’agit de la Côte Perdue.

Il existe pourtant des poches de civilisation le long de cette côte. Des hameaux traditionnels Varisiens peuvent être trouvés dans presque chaque ravin ou creux de falaises, des maisons solitaires ou d’autres domiciles pour riches ou même excentriques qui cherchent un peu de paix loin de l’agitation des rues de Magnimar. La route principale est bordée d’auberges, disposées selon la distance moyenne parcourue en une journée par un homme à pied.

Des sanctuaires de pierre dédiés à Desna, déesse des vagabonds et patronne des Varisiens, procurent des abris de fortune aux voyageurs surpris par l’une des nombreuses pluies de la région. Avec le temps, n’importe lequel de ces hameaux pourrait se transformer en une ville. C’est arrivé une fois déjà, le long des rives d’un port naturel niché entre les falaises à environ 50 miles au nord-est de Magnimar. Ce qui était autrefois un hameaux Varisien plus grand que la normale dans l’ombre d’une ancienne tour en ruine est devenue plus grande ville de la Côte Perdue : Sandpoint.

Autour et sur Sandpoint, on trouve de nombreux points d’intérêt. Beaucoup d’exploitations agricoles et des communautés de petits agriculteurs ponctuent le territoire. Les forêts, les marécages, et les escarpements calcaires, imposants, couvrent de grandes surfaces non cultivables. Les ruines de plusieurs édifices importants se trouvent proches de la ville. En voici quelques-uns :

Le vieux phare : Les ruines de Sandpoint, ces vestiges thassiloniens sont l’attraction touristique de la ville.

Les plateaux calcaires : Ce sont de vastes étendues pierreuses. Le plus petit des deux (Ahsen Rise) est relativement sûr, mais les bords de Plateau du Diable sont connus comme repaires des gobelins mangeurs d’oiseaux.

Les landes : Elles s’étendent à travers une grande partie de l’arrière-pays. Souvent composées d’un sol de mauvaise qualité, pierreux et impropre à la culture, elles sont connues pour être parcourus par des loups ou pire encore.

Le sanatorium de Habe : Rarement visité par les habitants malgré la réputation de Erin Habe comme grand médecin de Magnimar, le sanatorium prend en charge les déficients mentaux et les malades. Les habitants considèrent le médecin comme un grand guérisseur.

 

 

Le gardien de l’entrée n’était pas une mince affaire. Ce dragon blanc a donné du fil a retordre à nos héros qui ont presque dû le tuer deux fois. Son trésor, immense, est une récompense bien qu’il parait impossible à déplacer dans son intégralité. Mais la victoire est amère, Tradek a donné sa vie pour vaincre la bête. Glilia met tout en place pour tenter de le faire revenir.

(suite…)

Après avoir résolu temporairement les problèmes de crimes et de corruption à Magnimar Les aventuriers ont pris quelques jours de repos afin de régler des affaires personnelles pour certains. Ils se sont retrouvés à l’enterrement de Nualia puis ont été contactés par Verine Ketel pour aller enquêter sur l’inquiétante absence de nouvelles d’un Fortin qui protège le pays des incursions d’ogres au Nord de Turtleback Ferry près de la Montagne du Crochet. Au cours de leur voyage, ils sont tombés sur une famille d’ogres consanguins dont le seul plaisir était de dévorer tout ce qui peut passer à côté de leur domaine, une ancienne ferme délabrée et truffée de pièges.

(suite…)

Arrivés sur ce pic rocheux en milieu de matinée et n’étant pas attendus, les aventuriers ont pu pénétrer assez en avant dans l’antre des gobelins sans trop de soucis. Ce n’est que lors de l’entrée dans la salle du trône qu’ils ont dû commencer à combattre. Le premier combat fut rude mais ce n’était rien à côté de ce qui les attendait …

(suite…)

La zone souterraine ayant été nettoyée, Le groupe doit maintenant se diriger vers les gobelins de Thisletop pour contrer l’attaque de Sandpoint.

En préalable à cette action risquée, il a fallu mettre au point, avec le shérif Belor Hemlock, une stratégie de défense avec destruction des ponts d’accès à la ville : les aventuriers proposent de détruire les ponts surmontant la rivière Turandarock en cas d’attaque massive, pour freiner les assaillants. En ce qui les concerne, et pour une question de discrétion, ils rejoindront Thisletop en passant par la route avant de prendre la rivière s’enfonçant dans la forêt. Le but est de faire une reconnaissance des forces en présence sans se faire remarquer pour revenir un peu plus tard.

(suite…)

Venus voir Glilia pour le faire sortir de sa retraite, les aventuriers lui résument ce qu’il s’est passé.

Tradek est là pour élucider le meurtre de Delek Varlington, frère de Welch Viscanta et amant de Nualia. Il a à cœur de mener sa mission à bien et c’est tout à son honneur. Il résume la suite ainsi :

(suite…)

Perturbé par toutes ces informations et accablé par ses souvenirs, Glilia décide de s’isoler dans la cathédrale pour prier. C’est sa façon à lui de digérer tout ça. Comme nos amis aventuriers n’ont rien prévu dans l’après-midi. Il serait judicieux d’en profiter pour aller voir Hannah. La décision est finalement prise d’y aller vers 15h. Quink, qui la connaît très bien, demande à être parmi ceux qui y vont. Il sera accompagné de Tradek qui a de l’expérience en tant qu’enquêteur. Il apparait qu’il n’est pas nécessaire d’être plus nombreux. Kaddok part alors courtiser les boulangères, il faut bien qu’il évacue son excès de virilité. Quant à Kara, elle va observer les pêcheurs de la ville et chercher quelques bons coins de pêche pour se détendre.

(suite…)

Ce premier jour d’automne est donc un grand jour pour Sandpoint, une grande fête se prépare, une fête « double » : la fête des papillons et la bénédiction de la nouvelle cathédrale. Toute la ville se prépare et des décorations sont installées de partout ; des tables sont dressées en plusieurs endroits de la ville. C’est l’effervescence. Vers 10h, les gens affluent de toutes parts vers la place attenante à la cathédrale. Les retardataires peaufinent les derniers préparatifs, l’excitation de tous est à son comble. Apparemment les gens de cette ville attendent cette fête avec impatience …

(suite…)