21/09/4707 : Le festival des papillons

Par le 11 novembre 2008 | Tome I : Les offrandes brûlées | Aucun commentaire

Ce premier jour d’automne est donc un grand jour pour Sandpoint, une grande fête se prépare, une fête « double » : la fête des papillons et la bénédiction de la nouvelle cathédrale. Toute la ville se prépare et des décorations sont installées de partout ; des tables sont dressées en plusieurs endroits de la ville. C’est l’effervescence. Vers 10h, les gens affluent de toutes parts vers la place attenante à la cathédrale. Les retardataires peaufinent les derniers préparatifs, l’excitation de tous est à son comble. Apparemment les gens de cette ville attendent cette fête avec impatience …

La maire, dont l’enthousiasme est communicatif, souhaite la bienvenue à tous les visiteurs, alors que le shérif donne quelques conseils de prudence et de sécurité et réclame une minute de silence pour ceux qui sont morts lors de l’incendie. Kara constate que le recueillement est suivi religieusement par tous, pas même un cri d’enfant. Cela force le respect. Un peu plus tard, Cyrdac Drokus, le directeur du théâtre, prend la parole et fait quelques calembours pour amuser la galerie. Il en profite pour signaler qu’une diva Magnimarienne sera en représentation le soir même dans son théâtre.

Puis le festival du papillon est déclaré ouvert par Abstalar Zanthus, le prêtre de la ville qui retourne immédiatement après à ses préparatifs. A midi pile, Il revient en poussant un petit chariot recouvert d’un drap blanc. Il est accompagné d’un autre prêtre, plutôt jeune, nommé Glilia Asodius

Il retire le drap d’un seul coup et des centaines de papillons s’élèvent dans les airs sous les cris de joie et d’amusement de la foule. Tous ces papillons multicolores irisent le ciel et les alentours au fur et à mesure de leur envolée. Kara ne peut m’empêcher de sourire d’émerveillement devant le spectacle des papillons et des enfants qui courent en tentant de les attraper. Il n’y a que quelques jours qu’elle est partie mais sa forêt lui manque déjà …

Dans la foulée, tout le monde est invité à se rapprocher des tables pour partager le buffet. Il n’y a pas à dire, ces gens savent faire la fête ! Notre jeune magicienne apprend que tous les aubergistes participent au buffet et qu’à cette occasion un concours est organisé pour décerner le prix du meilleur plat. C’est d’ailleurs la tenancière du « Dragon Rouillé », Ameiko Kaijitsu, qui gagne le concours, comme tous les ans paraît-il, avec un curry de saumon. Elle est suivie par le homard cuit à la vapeur de la taverne du « poisson chat ». Le 3ème est le « cerf blanc » avec sa viande de gibier à la venaison poivre et maïs. Au moins Kara peut savoir où aller pour faire de bons repas.

La foule est principalement constituée de locaux. La présence armée est légère et facilement repérable. Mais il est difficile de dire si ce sont des gens de la milice ou si ce sont juste des habitants armés pour l’occasion. Par exemple, il y a un poissonnier là, armé d’un grand couteau, mais il prépare des plats. Ceci dit, on peut avoir une bonne idée des forces en présence : il y a Belor Hemlock le shérif, une femme nommée Savah Bevaniky, Das Korvut le forgeron, Cyrdak Drokus acteur et propriétaire du théâtre, Aesric Battlehorn un nain, Jargie Quinn un aubergiste, Daviren Osk dont il est difficile de déterminer la fonction … Deux Shoantis se distinguent avec leurs tatouages, ils discutent un peu à l’écart.

Voyant que tout le monde est là, et qu’il ne se passe rien de spécial, Kara décide de retourner à l’auberge pour voir si elle ne pourrait pas profiter du calme pour déposer le cadeau … Mais les cuisines tournent à plein régime et beaucoup de gens font des allers-retours ; ce n’est pas le bon moment. Elle retourne donc profiter de la fête.

Soudain un bruit de tonnerre !

Tout le monde se retourne vers la scène d’où vient le bruit. C’est le père Zanthus qui vient de briser une pierre d’orage pour attirer l’attention.

Le prêtre s’éclaircit la gorge pour parler : « Mes chers … » quand deux hurlements de femme retentissent l’un après l’autre. Il semblerait que la foule s’écarte d’un chien à quelques pas de la magicienne. Celui-ci à la gorge tranchée et continue à faire quelques mètres avant de s’écrouler. C’est alors que des voix rauques et stridentes retentissent dans toute la ville.

 

L’horreur

Kara s’approche pour regarder plus en détail et voit une sorte de petit humanoïde en train de lécher le sang sur son arme. Elle crie « Là ! » en pointant du doigt cette chose horrible, « c’est un gobelin« . Il y a des mouvements de foule et des cris de panique. Glilia qui était sur l’estrade avec Abstalar, tente de calmer le jeu mais personne ne l’entend.

Le gobelin se jette sur Kara, la frappe et la blesse, elle tente de fuir mais rate mon sort d’expedicious retreat, ce qui n’est pas bon signe. Elle parvient néanmoins à s’éloigner un peu. Mais elle ne souhaite pas fuir, c’est l’occasion pour elle de montrer ce qu’elle vaut, elle qui cherchait l’aventure, c’est l’aventure qui l’a trouvée.

Néanmoins, plusieurs autres créatures du même type sortent d’un peu partout tout autour de la place. C’est la panique et tout le monde s’enfuit. Seuls quelques courageux restent et affrontent ces gobelins hideux. Parmi eux se trouvent les gens de la milice bien sûr mais aussi quelques autres qui se distinguent par leur courage. Il y a ce nain. Kara l’avait remarqué dans la foule avec ses cheveux blonds et sa barbe de même couleur. Il était bien habillé et semblait s’exprimer avec déférence et respect, ce qui n’est pas toujours le cas. Il aurait donc au moins une autre qualité, celle de savoir se battre et il le prouve en se ruant au combat. Il y a aussi ce demi-elfe qui lui emboite prestement le pas. Lui, paraît agile et leste, maniant très bien les deux armes qu’il brandit …

Kaddok, qui était près de ces deux-là, se jette à son tour dans la bataille, de manière plus acrobatique et à la fois plus puissante et assène un grand coup de hache à deux mains. Malheureusement pour lui son impétuosité à failli couter cher au nain dont la tête était sur la trajectoire …

Des combats font rage de toutes parts, les gobelins qui ne sont pas en combat se précipitent sur les buffets et volent la nourriture. Glilia fait apparaître un peu d’eau sur un chat enflammé par un de ces monstres et parvient à l’éteindre, en même temps que la torche. Geste grandement apprécié de l’elfe magicienne car il montre son respect de la vie animale.

La plupart des gens s’enfuient, seuls les combattants restent. En constatant que deux gobelins courent après une mère et son bébé, Kara hurle « Sauvez le bébé ! » mais les cris ambiants couvrent ses paroles.

Les deux gobelins qui poursuivent la pauvre femme s’éloignent, mais Kara peut quand même lancer un magic missile et en abattre un. Mais comment faire pour le deuxième ? Inquiétée par le sort de la mère et de l’enfant, et sans réfléchir à ce qu’il pourrait lui arriver, elle part à leur poursuite. Un homme courageux tente d’arrêter le gobelin à main nue. Il permettra à Kara de tuer le monstre hideux et ainsi de sauver la femme et l’enfant. En revenant vers la place elle constate que c’est le chaos dans la ville. Des gobelins courent partout en chantant et frappant tout ce qui bouge. Ils volent de la nourriture et sèment la panique. Quelques hommes leur font face mais il y a peu de combattants ici et la résistance est malmenée.

Tous les gobelins de la place ont été défaits. Le nain, le demi-elfe, Kaddok, Glilia et Kara décident de se regrouper avec Abstalar pour aider la milice et pourchasser les autres gobelins éparpillés en ville.

Le nain se présente comme étant Tradek Cunningaxe, fraîchement arrivé de Magnimar, le demi-elfe dit s’appeler Quink Astelloye, natif de Sandpoint. Tous se dirigeaient vers l’armurerie quand une explosion retentit un peu plus loin. Une fois sur place, ils voient huit gobelins qui dansent autour d’un grand feu. Celle qui semble être la cheftaine les a vu et pointe son arme vers eux pour les désigner comme cible.

Un deuxième combat va donc commencer. Cette fois-ci nos amis sont un peu plus préparés et mieux organisés.  Glilia s’est précipité sur leur chef mais elle s’est réfugiée dans le feu, visiblement sans en souffrir, d’où elle sort son arc pour attaquer à distance. La bataille fait rage et chacun montre le meilleur de lui-même. Mais notre pauvre magicienne est une cible privilégiée et s’écroule plusieurs fois, malgré les soins apportés par Abstalar. Il doit d’ailleurs redoubler d’effort pour remettre tout le monde sur pied. Il finit par partir en disant « Suivez-moi si vous voulez être soignés ! ».

Remis à neuf et n’écoutant que leur courage, les aventuriers finissent par venir à bout des gobelins.

Enfin reparti, le groupe est rapidement alerté par des appels au secours. Arrivés sur place les aventuriers voient un gobelin sur un gros chien qui affronte ce qui semble être un autre chien. Un homme caché derrière un abreuvoir crie à l’aide. Tradek se rue au combat et arrive au contact au moment même où le chien succombe. Les quatre gobelins qui étaient cachés dans un coin et que personne n’avait vus crient de joie devant cette victoire. Un troisième combat débute. Il commence aussi mal que le premier, mais se termine à l’avantage de nos jeunes et valeureux héros.

Sauvé, l’homme s’est précipité vers Kaddok, près duquel il se sentait en sécurité. Il dit s’appeler Aldern Foxglove et n’a pas l’air très rassuré. Quink le chahute un peu en lui parlant plutôt sèchement et il préfère donc venir remercier Kara, en l’invitant à le retrouver à l’auberge du « Dragon Rouillé ».

L’attaque semble terminée. Après discussion avec Abstalar, tous les blessés sont envoyés à la cathédrale pour que les meilleurs soins leur soient prodigués.

Au gré de leurs déplacements, Kaddok, Tradek et Kara sont gentiment questionnés sur leurs origines par des habitants de la ville qui n’ont que peu d’occasion de voir d’autres races. Ils sont à la fois heureux de l’aide qu’ils leur ont apportée, et inquiets de ne pas savoir à qui ils ont affaire. Tout le monde se donne rendez-vous pour l’office de 8h le lendemain matin à la cathédrale.

 

C’est enfin fini

La nuit n’a pas été très calme. Le lendemain, des habitants de la ville questionnent Kara comme la veille sur le pourquoi de sa présence tout en la félicitant pour ses prouesses au combat. Elle répond poliment mais est néanmoins très gênée de cette situation ; surtout qu’elle ne sait pas s’ils veulent être gentils ou s’ils sont suspicieux. D’un autre côté, ils sont accompagnés par Aldern Foxglove qui vante ses mérites. Ils la mettent légèrement en retard, mais elle arrive néanmoins à la cathédrale à temps. Aldern lui propose de revenir avec ses amis pour les récompenser. Encore un qui ne semble pas insensible à son charme …

Pendant l’office, alors que le groupe fend la foule, les gens parlent sur son passage. Les aventuriers sont montrés du doigt, remerciés, ils sont le sujet de toutes les discussions. Cette situation est à la fois plaisante et gênante, mais les gens sont globalement reconnaissants ce qui réjouit Kara et la conforte dans son envie d’être aventurière. Le prêtre les remercie grandement de leur aide puis annonce de mauvaises nouvelles à Glilia.

Je ne sais pas quand cela s’est passé, probablement pendant l’attaque, mais la tombe de votre ancien maître Tobin Ezekian a été ouverte et ses restes ont été volés. Le shérif, aidé d’un érudit parlant gobelin, tente d’en apprendre un peu plus en questionnant un gobelin fait prisonnier.

Assommé par la nouvelle, Glilia va se recueillir un instant. Tradek l’accompagne pour le soutenir. Quant à Kara, elle aimerait bien trouver les mots qu’il faut mais en est bien incapable … Devant cette impuissance, elle préfère utiliser le temps qui lui est donné pour identifier quelques objets au calme :

  • Il n’y a rien de magique parmi les quelques objets trouvés sur les gobelins.
  • La potion de la warchantress (la cheftaine gobelin) est une potion de cure light.

Kaddok, Tradek  et Quink en profitent pour lui confier chacun un objet qui leur semble magique et dont ils ignorent la nature.

  • Elle ne parvient pas à déterminer la nature magique de la ceinture de Kaddok.
  • Par contre elle sait que la poudre présentée par Quink est une poudre permettant de voir les choses invisibles.
  • Et la boîte fournie par Tradek, qui n’est pas magique par elle-même contient quelque chose de magique. Mais pour en avoir le cœur net il faudrait l’ouvrir … Plus tard !

Les aventuriers retournent donc voir Aldern à l’auberge. Ils entrent sous les applaudissements. Cela devient gênant. Celui-ci leur propose d’aller chasser le sanglier avec lui à l’occasion dans la Forêt de Tickwood et dépose cinq bourses de 50 gp sur la table. Kaddok, chasseur dans l’âme est prompt à accepter. Quink est tenté lui aussi. La forêt est à 2-3 heures de cheval, il faudrait donc partir pour une journée. Il propose de partir le lendemain, le temps pour lui de se préparer et de leur trouver des chevaux. Il finit donc par tous les convaincre.

Nous allons voir le shérif Belor Hemlock pour voir où il en est avec le gobelin. En chemin, dans la rue principale, une femme sort d’une échoppe et se précipite vers Kaddok en lui mettant une grosse miche de pain dans les mains. Elle explique son geste en disant qu’elle le trouve bien maigre pour manier une si grosse hache. Kara se demande s’il a compris qu’elle espérait plus qu’un merci …

Le shérif n’a pas tiré grand chose du gobelin. On leur aurait donné l’ordre de tuer tout le monde en ville et de brûler tout. L’ordre émane du chef mais ils ne connaissent pas son nom. Comme c’est un « longues cannes », on peut en déduire que c’est un humain. Leur chef aurait été en mission secrète au cimetière de la ville pendant l’attaque. Par contre, impossible de savoir comment ils ont pu arriver sans être vus. Cette attaque était donc une diversion pour permettre au chef de piller la tombe de Tobin tranquille. Leur plan à très bien fonctionné.

 

La détente

La consécration de la cathédrale

Cette fois-ci les aventuriers préfèrent assister à l’événement tout équipé. Bien sûr, l’événement est beaucoup moins festif qu’il aurait dû, les esprits sont tristes et tourmentés, mais tout se passe bien.

La nuit suivante est calme elle aussi, les gens retrouvent le repos. Kara en profite pour déposer discrètement le cadeau pour Tsuto avec le mot adéquat. Mais elle n’a toujours pas réussi à obtenir la moindre information sur lui …

 

La chasse

Le lendemain matin, Aldern est là avec ses trois laquais et les chevaux. C’est le départ. Inquiet, Tradek demande toutefois si chasser dans cette forêt est bien légal. Ce à quoi Aldern répond par l’affirmative.

Sur le chemin, c’est l’occasion de faire connaissance et de constater qu’Aldern est un homme sympathique et cultivé. Il appartient à une grande et riche famille de commerçants Magnimariens. Il est somme toute intéressant. Bien sûr, il parle surtout à Kara, utilisant pleinement ses atouts et son charme. Il l’abreuve de questions, de commentaires et de compliments. Mais au moins il le fait avec tact, ça la change de certains gros lourds …

Ses camarades préfèrent les laisser seuls et partent donc chasser pendant qu’Aldern et elle restent au camp monté rapidement par les laquais. Ils reviennent au soir avec deux sangliers que le groupe rapporte à l’auberge d’Ameiko et déguste le soir même.

La nuit se passe bien et le lendemain la magicienne parvient enfin à identifier la ceinture de Kaddok. Il est heureux d’apprendre que c’est une ceinture de résistance lui permettant d’être plus fort contre les sorts.

 

Épilogue

Kara apprend par Ameiko qu’Aldern est aux petits soins pour elle, il a fait préparer un bain aux huiles et parfums divers. Il faudra qu’elle le remercie …

À peine sortie du bain, Tradek, Quink et Glilia reviennent d’une discussion avec une nouvelle importante. La piste suivie par Tradek l’a amené, grâce à Quink, à identifier que la victime de Magnimar, qui se faisait appeler Delek Varlington est en fait le frère de Welch Viscanta qui est le meilleur ami de Quink. Delek a quitté Sandpoint il y a exactement six ans, jour pour jour, soit le jour de l’incendie de la cathédrale. La rumeur dit qu’il n’a pas voulu faire face à de nouvelles obligations familiales. Il aurait mis enceinte Nualia qui est la sœur spirituelle de Glilia, fils et fille adoptifs de Tobin Ezekian. Nualia serait morte dans l’incendie mais on ne sait pas ce qu’il est advenu de l’enfant, aujourd’hui âgé de 6 ans. La sage-femme, Hannah, est une elfe qui vit ici. Il faut aller lui parler.

En attendant que cela se fasse, Kara profite d’un moment de calme, isolée des autres et des habitants de Sandpoint, pour entamer une conversation avec Quink.

Quink, j’aimerai te parler, en privé …

Oui Kara ?

Voilà, j’ai constaté que tu étais la personne idéale à contacter quand on souhaite obtenir des renseignements : tu as brillamment aidé Tradek. J’aurais une petite mission du même style à te confier, qui exigera le plus de discrétion possible. Mais peut-être est-elle plus sensible, es-tu prêt à m’aider ?

Dis m’en plus et après je te dirai si je peux t’aider. En tout cas tu peux être sure que quelque soit ma réponse, je resterai discret.

Alors c’est bien simple, j’aimerai que tu te renseignes sur un demi-elfe nommé Tsuto, né à Sandpoint il y a une trentaine d’années. D’ailleurs peut-être le connais-tu ?

En effet, j’ai très bien connu Tsuto qui fût un de mes meilleurs amis jusqu’à son départ en 4702. Que lui veux-tu ?

Je ne veux que son bien en fait et je souhaite savoir si la vie qu’il mène lui plait …
Sais-tu pourquoi il est parti ?
Où il est actuellement ?
As-tu connu ses proches ?
Était-il heureux ?

Tant de questions pour savoir si sa vie lui plait ? Un peu léger …
Dis moi donc la vérité et je pourrai certainement répondre à bon nombre de tes questions.

Je ne vois pas en quoi cela est bizarre, toutes les réponses à ces questions peuvent justement me dire s’il est (a été) heureux ou pas …

En quoi cela t’intéresse t-il de savoir s’il est ou a été heureux ?

Et bien je vais essayer de t’expliquer.
Tu m’as dit que c’était ton ami. Supposons donc que tu l’ais perdu de vue depuis des années, plus aucune nouvelles, tu ne sais même pas où il est. Ca te rend triste car tu l’appréciais beaucoup … Un jour tu rencontres quelqu’un qui peut t’en apprendre un peu sur lui, sur ce qu’il est devenu … Tu ne le questionnes pas ?
Et bien moi si … À  la différence que pour des raisons qui me sont personnelles, je préfèrerais qu’il ne sache pas que je m’y intéresse.
Mais je ne pose aucune question malsaine, ma demande de discrétion ne devrait donc pas être trop suspecte, et tu devrais accepter d’y répondre sans trop de chichi. Sauf bien sûr si ce sont les réponses qui posent problème …
Et si c’est le cas, discutons-en !

Il ne t’aurait pas laissée tomber par hasard ? Tu ne veux pas te venger ? Bon je suppose que non …
Sache que Tsuto est le demi-frère d’Ameiko Kaijitsu elle même fille de Lonjikiu Kaijitsu représentant d’une des 4 « Familles Fondatrices ».
Tsuto est issu de l’union de la femme de Lonjikiu, Atsui, et d’un elfe. Il a été surtout élevé par un professeur dont le nom ne me revient pas. A son départ en 4702, il a accusé publiquement Lonjikiu du meurtre de sa mère puis a disparu.
J’ai une certaine affection pour Ameiko, aussi j’espère que ta démarche est sincère. Cela m’ennuierait de me fâcher sérieusement avec toi.

Laisser tomber ? Ah, tu me fais rire tu sais ? Mais bon, je te remercie de tes réponses. Et n’ai aucune crainte, je ne souhaite me fâcher avec personne.
Pour te prouver ma bonne foi, je vais t’en dire un peu plus.
Je connaissais l’histoire de la naissance de Tsuto. Il me semble aussi savoir que Lonjikiu Kaijitsu l’a rejeté. Par contre je ne sais pas si c’était parce qu’il lui rappelait l’adultère de sa femme ou si c’était parce qu’il est issu de l’union de deux races … Peut-être les deux. Mais peu importe.
Par contre, j’ignorais l’existence de ce professeur.
Mais tu n’as pas clairement répondu à une de mes questions : a t-il été heureux ou était-il rejeté par la plupart des gens ?
Il est notoire que sa mère est morte prématurément … Je sais qu’elle est décédée en 4702, donc l’année du départ de Tsuto.
La cause de sa mort est-elle connue ?
Quelle est ton opinion sur l’accusation portée par Tsuto ?
Comme tu peux le constater, j’étais déjà au courant de certaines choses. Si je ne t’en ai pas parlé, c’était surtout pour te protéger. Comme ça touche un notable de la ville, il valait mieux que tu l’ignores pour que ça ne te cause pas préjudice. Mais comme je constate que tu le sais déjà … Bref, mes intentions sont bonnes, soit sans crainte.

Répondre

XHTML : Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>